L'ENFANCE D'UN FILM

Retour Menu

 

ACTE IV : LES PREMIÈRES RÉFLEXIONS

 

 

 

   

 

 

        Scène 1 : Montage Vidéo

         

        Deux monteurs image, assis devant une table de montage, visionnent les différentes prises du film.

Le premier monteur image : « Même si on commence à avoir pas mal de savoir faire, ça reste toujours quelque chose d’assez délicat de réussir une succession d’enchaînements suffisamment précis des images, pour obtenir un film avec le plus d’homogénéité et d’unité possible. »

Le second monteur image : « Et puis il y a beaucoup de découpages à réaliser pour supprimer les mauvaises prises, et donner finalement quelque chose de fluide. »

Le premier monteur image : « Pour cette scène par exemple, la première prise et la seconde ne me semblent pas très satisfaisantes. »

Le second monteur image : « Oui, effectivement ; la meilleure est la troisième. »

Le premier monteur image : Ensuite, je pense qu’il suffit de bien la caler avec le dernier plan de la scène précédente, afin d’obtenir une bonne fluidité. »

Le second monteur image: « Je suis d’accord. Par contre, pour l’enchaîner avec la scène suivante, je crois que le fondu-enchaîné serait l’effet le plus approprié. » (Entre le réalisateur).

Le réalisateur : « Bonjour ; ça va ? Je suis un peu en retard mais je n'ai pas pu me libérer plus tôt. »

Le premier monteur image : « On a commencé à travailler sur la première partie du film. »

Le second monteur image : « On va vous montrer ce que ça peut donner. » (Le réalisateur s’assoit à côté des deux monteurs image, impatient de voir le travail qu’ils ont fait avant qu’il arrive).

 

 

 

        Scène 2 : Enregistrement En Auditorium

          

        L’ingénieur du son, assis devant une table de mixage, parle à un acteur et une actrice installés dans la salle insonorisée.

L’ingénieur du son : « Heureusement qu’il existe cette méthode pour pouvoir réenregistrer les dialogues qui ne s’entendent pas assez distinctement au cours des prises réalisées sur le plateau de tournage. »

L’actrice : « Pour nous, ça ne change pas grand chose : il nous faut rejouer la scène, en tentant de bien jouer sur les intonations de voix. La seule différence ici, c’est qu’il n’y a plus les caméras, et nous sommes dans un simple studio. »

L’acteur : « On fait en quelques sorte du doublage de nos propres personnages... Le fait de ne plus être devant l’objectif rassure parfois pour certaines scènes, mais pour d’autres, le fait de ne plus avoir le cadre de l’action, et de ne plus être dans l’action même, rend l’émotion plus difficile à faire passer. »

L’ingénieur du son : « Je comprends tout à fait ce que tu veux dire. Bon, d’abord, on va refaire les scènes 21 et 22 ; OK ? Quand vous voulez. »

L’acteur : « Comment toi, toi que je connais depuis tant d’années, à qui je faisais une confiance totale, comment tu as pu me faire ça, à moi ! »

L’actrice : « Je te jure que je n’ai jamais voulu te faire souffrir... Je ne sais pas ce qui s’est passé... Je... »

L’acteur : « Tais-toi ! J’ai parfaitement entendu ce que tu lui disais. Tu... »

L’ingénieur du son (à l'acteur) : « Attends ! Tu n’es pas totalement synchronisé, et tu mets peut-être trop de haine et pas assez de résignation dans ta voix. On la refait ? »

L’acteur : « D’accord. »

L’ingénieur du son : « Allez-y, c’est parti. » (L’ingénieur du son se taît et les deux acteurs recommencent à jouer la scène). 

 

 

 

        Scène 3 : Montage Audio

         

        Deux monteurs son font défiler le film pour caler les apports sonores.

Le premier monteur son : « Chaque fois que je travaille, j’ai l’impression de rajouter une dimension supplémentaire au film qu’on me donne. En synchronisant ainsi le son sur les images, on a la sensation d’apporter la touche finale à l’œuvre. »

Le second monteur son : « Tu as tout à fait raison. Faire entrer la musique, rajouter des fonds sonores comme le bruit d’une foule, de la mer, des machines, selon les scènes, et caler les derniers dialogues réenregistrés, tout cela fait qu’on se sent les derniers maillons de la réalisation du projet, avant de voir le film enfin achevé. »

Le premier monteur son : « Tiens, là, il faut faire entrer la musique, juste à l’instant où il y a le plan sur son regard. »

Le second monteur son : « OK. Et on la fait s’arrêter au moment où va s’enchaîner la scène suivante. »

Le premier monteur son : « Ensuite, un peu plus loin, il y a trois scènes où il faut caler la bande que l’ingénieur du son a réenregistré l’autre jour. »

Le second monteur son : « Oui, oui, je vois tout à fait ; ce sont les scènes en haut de la falaise, où il y avait trop de vent pour avoir un son correct. »

Le premier monteur son : « Et après ces quelques scènes, on passe quatre ou cinq minutes, et il y a un long travelling sans dialogue, et c’est là qu’on amène la variation au piano du thème principal. » (Entre le compositeur).

Le compositeur : « Bonjour. Voilà, je vous apporte la version orchestrée du thème principal, pour le générique de fin. »

Le second monteur son : « Ah ! On va faire une pause, et on va l’écouter. On connaît la musique du film en version piano seul, mais on n’a jamais encore entendu la version orchestrale totalement achevée. Moi, je suis curieux de voir ce que ça donne avec cinquante musiciens ! » (Le compositeur s’installe aux côtés des deux monteurs son, à qui il donne la maquette de l’enregistrement).

 

 

 

        Scène 4 : Tout Premier Visionnage Du Film

          

        Un repas organisé juste après la première projection, avec la majorité des membres de l’équipe de réalisation.

Le producteur : « Je porte un toast à notre nouveau film ! Je dois dire que je suis vraiment satisfait du résultat. Maintenant, il n’y a plus qu’à attendre la diffusion en salle, l’avis des critiques et surtout celui du public. Voilà, c’est tout ce que j’avais à dire. Je laisse la parole à monsieur le réalisateur qui a sûrement quelque chose à nous dire... Allez, c’est à toi ! »

La quasi totalité des invités : « Un discours, un discours, un discours ! »

Le réalisateur : « Bon, heu... je ne sais pas trop quoi dire, sinon que j’ai été très content de travailler avec vous ; vous êtes une équipe compétente. Même s’il n’est pas encore là, je remercie aussi celui qui a écrit cette histoire, qui m’a emballé dès que je l’ai lue, et puis aussi celui qui s’est démené pour trouver les fonds nécessaires au tournage. Voilà... Je finirai en disant que je ne regrette pas d’avoir choisi ces acteurs là, et que j’ai été impressionné par le jeu si précis de notre jeune actrice. »

L’actrice : « Je tiens à te remercier d’avoir cru en moi et de m’avoir fait confiance jusqu’au bout. Si je reçois une récompense pour mon rôle, je saurai à qui la dédier... »

La dialoguiste : « Et notre scénariste n’est toujours pas arrivé ! »

Le producteur : « Il a encore oublié l’heure... (Tout le monde rit). Il est toujours un peu dans la lune... » (Entre le scénariste).

Le scénariste : « Qui est-ce qui est toujours un peu dans la lune ? »

La directrice de casting : « Ah ! Quand on parle du loup... » (Tout le monde rit de nouveau, et le scénariste s’assoit en souriant).

 

                     

Accueil

Acte Suivant :

Acte V : A la conquête du monde >>