GENRES CINÉMATOGRAPHIQUES

Retour Menu

 

lA COMÉDIE

 

 

 

        Bien que son but soit d’immerger les spectateurs dans un climat d’euphorie, la comédie se distingue du burlesque du fait de son attachement à développer la satire et la caricature, puisant sa force et sa saveur aussi bien dans les situations équivoques que dans les quiproquos, l’ironie de l’intrigue ou les bons mots des personnages. Les nombreux films qui représentent ce genre ne cherchent pas à provoquer un rire réflexe, grâce à de simples effets comiques, mais se satisfont d’un sourire amusé et discret du public, qui par la même conserve l’attention complice que demande la comédie.

 

 

 

   

 

 

        Diversité Du Genre

        

 

        Les films qualifiés de comédies sont aussi variés que le sont les interprètes et les cinéastes qui les créent. Certains réalisateurs s’attachent à mettre en avant la drôlerie d’un acteur, au travers de séries telles que Les Gendarmes de Saint-Tropez, essentiellement fondés sur le jeu de Louis De Funès. D’autres metteurs en scène font de la satire l’élément central de leurs films, comme c’est le cas avec La Vie est un Long Fleuve Tranquille et Le Bonheur est dans le Pré d’Etienne Chatiliez ou encore Les Bronzés et Les Bronzés font du Ski, réalisés par Patrice Leconte. Pedro Almodovar lui aussi joue sur le registre satirique, bien que le ton de ses mises en scène soit délibérément plus acide.

 

        Car la comédie peut, sans rien perdre de sa drôlerie, englober des styles très divers. Elle sait exploiter la violence sur un mode humoristique comme le montre Pulp Fiction de Quentin Tarantino ou Fargo des Frères Coen ; dans Les Tontons Flingueurs d’Audiard, elle se fait virtuose du langage par la saveur des dialogues ; avec Mike Newell et son film Quatre Mariages et un Enterrement, elle se veut sentimentale et colorée d’une inimitable distinction britannique ; dans Jambon, Jambon de Bigas Luna, elle flirte avec un joyeux érotisme à l’italienne ; ou elle peut encore jouer la carte d’un élégant marivaudage comme le prouve Benjamin de Michel Deville.

 

        Prisée par le public du monde entier, la comédie se nourrit de son époque et tente de la refléter de manière humoristique, ironique ou plus corrosive. Son extrême variété ainsi que son absence de cadre clairement définis font d’elle un moyen d’expression trop vaste pour être à proprement parler un genre cinématographique comme le sont le burlesque, le policier ou le western. Cependant elle a pu, au cours des différentes périodes de l’histoire du septième art, voir éclore divers mouvements dont les réalisateurs ont travaillé les ressorts de la comédie selon différentes directions, ce qui donna naissance à la comédie américaine, anglaise et italienne.

 

 

 

 

 

Les Bronzés

Les Bronzés, de Patrice Leconte (1978)

Résumé

Un groupe de touristes arrive extenué dans un club de vacances en Afrique. C'est ainsi que nous suivrons les aventures de Nathalie, Bernard, Gigi, Jerôme, Christiane, Jean-Claude, et bien-sûr celles des G.O (gentils organisateurs). Nouvelles rencontres, liaisons momentanées, petits et grands drames seront au programme...

 

 

 

Femmes au bord de la crise de nerfs

Femmes au bord de la crise de nerfs, de Pedro Almodovar (1988)

Résumé

Ivan et Pepa, deux comédiens de doublage, prêtent leur voix aux grandes stars du cinéma et se jurent chaque matin un amour éternel. Mais Ivan abandonne subitement Pepa. Celle-ci va mener son enquête et découvrir la double vie de l'homme qu'elle aime.

 

 

Accueil

La Comédie - Suite :

La Comédie Américaine >>

 

2002-2007 - Tous droits réservés