GENRES CINÉMATOGRAPHIQUES

Retour Menu

 

la SCIENCE Fiction

 

 

 

        En s’appuyant sur les possibilités avérées ou supposées de la technique, la science fiction invente un univers complet, dont les éléments extraordinaires restent néanmoins envisageables puisqu’ils prennent leur distance avec le monde contemporain grâce au saut dans un avenir plus ou moins lointain. Bien qu’il soit centré sur l’imaginaire, le genre se distingue du fantastique du fait qu’il met en scène tout un monde relevant d’une certaine cohérence ; il se rapprocherait plus aisément de l’utopie, en proposant parfois des visées philosophiques ou idéologiques, tout en conservant un propos profondément romanesque.

 

 

 

   

 

 

        Les Hommes Et Leur Devenir

        

 

        Avec Le Voyage Dans La Lune, George Méliès propose dès 1902 le premier film d'anticipation de l'histoire du cinéma, et 8 ans plus tard, Thomas Edison s'engagera dans cette nouvelle voie en tournant Un Voyage Sur Mars. Le cinéaste allemand Fritz Lang, lui, signe La Femme Dans La Lune en 1929, après avoir mis en scène, deux ans plus tôt, Metropolis, œuvre novatrice abordant le thème des dérives technologiques. Le souci d'authenticité qui règne dans ces premières réalisations est encore bien perceptible dans des films plus récents tels que Destination Lune, présenté par Irving Pichel en 1950, ou bien La Conquête De L'Espace, réalisé par Byron Asking en 1954.

 

        Un autre thème privilégié des films de science fiction est la cité future, souvent imaginée comme un univers peu accueillant, rendu inhumain par les excès du progrès scientifico-technique, et où l'ensemble des individus est écrasé sous le poids d'un pouvoir obscur et tyrannique. Parmi les œuvres qui illustrent parfaitement cette thématique figurent THX 1138, réalisé par George Lucas, et Orange Mécanique, signé par Stanley Kubrick , tous deux présentés en 1971, Soleil Vert, tourné par Richard Fleischer en 1973, ou bien Brazil, mis en scène par Terry Gilliam en 1985. Quant à Jean-Luc Godard, il se sert du thème de la cité future afin de décrire, dans Alphaville présenté en 1966, un monde totalitaire et sans pitié.

 

        En marge du simple space-opera de divertissement, certains cinéastes donnent à leur mise en scène une portée morale, voire philosophique ou politique, comme c'est le cas avec 2001, L'Odyssée De L'Espace, signé par Stanley Kubrick en 1968, œuvre incontournable de la science fiction au cinéma, dans laquelle l'épopée technologique se transforme au cours du film en véritable aventure intérieure. Mais le réalisateur le plus talentueux pour faire d'un film d'anticipation ordinaire une profonde réflexion sur le monde actuel et son devenir, reste Andreï Tarkovski, qui présenta Solaris en 1972 et Stalker en 1979, deux chefs-d'œuvre du genre.

 

 

 

 

 

Le Voyage Dans La Lune

Le Voyage Dans La Lune, de George Méliès (1902)

Résumé

Les savants du Club des astronomes présidé par le professeur Barbenfouillis s'embarquent pour la Lune dans un obus spatial propulsé par un canon géant.

 

 

 

2001, L'Odyssée De L'Espace

2001, L'Odyssée De L'Espace, de Stanley Kubrick (1968)

Résumé

Un mystérieux monolithe émet de curieux signaux depuis l'aube de l'humanité. A sa rencontre sur Jupiter part ce fruit de la technologie du XXIème siècle qu'est le vaisseau spatial "Discovery". A son bord, l'ordinateur Hal assassine ses passagers, sauf Bowman qui le déconnecte...

 

 

Accueil

La Science Fiction - Suite :

Les Craintes et les Périls du Futur >>

 

2002-2007 - Tous droits réservés