GENRES CINÉMATOGRAPHIQUES

Retour Menu

 

lE DOCUMENTAIRE

 

 

 

        Ayant pour but principal d'instruire et d'informer, le documentaire cherche avant tout à s'approcher le plus près de la réalité, et ne s'attache pas à étonner le spectateur par des procédés romanesques. Comme il n'a pas pour vocation de distraire, il conserve une certaine austérité, généralement atténuée par une durée réduite à 30 minutes, hormis quelques exceptions, sans cesse plus nombreuses d'ailleurs. En marge de tous les autres genres fondés sur la fiction, le documentaire est relativement vaste, puisqu'il comprend des domaines très divers, qui sont le reflet des différents regards que l'homme porte sur le monde.

 

 

 

   

 

 

        Le Documentaire Scientifique

        

 

        Parce qu'ils proposent régulièrement des sujets insolites donnant lieu à des images extraordinaires ou étranges, les documentaires scientifiques sont généralement les plus appréciés du grand public. Lorsque les concepteurs de ces projets parviennent à agrémenter le récit scientifique de musiques adaptées et de commentaires originaux, ce sont parfois de grandes œuvres cinématographiques qui prennent alors vie, atteignant une dimension poétique ; car, devant la relative austérité du propos initial, les éléments artistiques, choisis pour enrichir les films, contribuent souvent à la diffusion à grande échelle de ce genre.


        La grande majorité des documentaires scientifiques traitent du monde animal, et le jeune public, habituellement passionné par ce sujet, a permis de faire de ces mises en scène de véritables succès en salle. Premier réalisateur à expérimenter le documentaire animalier, Jean Painlevé tourne L'Hippocampe en 1934 et Le Vampire en 1945, deux films qui restent aujourd'hui des œuvres de référence. La Fête Sauvage, présenté par Frédéric Rossif en 1976, Microcosmos, signé par Claude Nuridsany et Marie Perennou en 1996 ou Le Peuple Migrateur, réalisé par Jacques Perrin etJacques Cluzaud   en 2001, sont des exemples parmi d'autres de films qui ont su allier intérêt scientifique et attrait spectaculaire.


        Cependant, un certain nombre de documentaires scientifiques choisissent d'aborder d'autres thèmes et parviennent néanmoins à créer un engouement notable. Les films, tel que Victoire Sur L'Annapurna réalisé par Marcel Ichac en 1953, évoquent la montagne. Les mises en scène ayant pour but de faire découvrir les volcans aux spectateurs, sont notamment  illustrées par Les Rendez-Vous Du Diable, signé par Haroun Tazieff en 1959. Quant à Jaques-Yves Cousteau, il propose une exploration de l'univers sous-marin dans des œuvres devenues des classiques du genre, comme Le Monde du Silence, présenté en 1954.

 

 

 

 

 

Miscrocosmos

Miscrocosmos, de Claude Nuridsany et Marie Perennou (1996)

Résumé

Une grande journée d'été, vécue à l'échelle d'une fourmi, d'une abeille, d'un escargot… avec ses moments de grâce, ses instants cocasses, ses drames et ses cataclysmes. Tous ces insectes et autres habitants clandestins de l'herbe et de l'eau travaillent, luttent, se reproduisent et voyagent dans cette jungle impénétrable dont les cailloux sont des montagnes, où la moindre goutte de pluie devient ouragan...

 

 

 

Le Monde du Silence

Le Monde du Silence, de Jaques-Yves Cousteau (1954)

Résumé

Les expéditions sous-marines du commandant Cousteau et de son equipe à bord de la "Calypso".

 

 

Accueil

Le Documentaire - Suite :

Le Documentaire Historique >>

 

2002-2007 - Tous droits réservés